Délicate empathie

Photo by Jens Johnsson on Unsplash

Je me demande comment est perçu par la communauté des personnes nées sous X ou par les parents de l’ombre, le fait que quelqu’un comme moi, qui ai grandi dans sa famille biologique, crée un site comme NeSousX. 
Se permette de le faire.

Je n’ai aucune idée de ce que représente le fait de grandir dans une famille adoptive. 
En fait, je crois qu’il est tout bonnement impossible de se mettre à la place de quelqu’un qui ne connaît ni sa famille, ni l’histoire ni les origines de celle-ci. 
Pour ma part, les premières secondes de ma vie étaient déjà marquées par une histoire familiale dans laquelle je prenais ma place. Je connais mes parents, mes grands-parents, mes frères et sœurs, mes oncles ou encore mes cousines, et l’histoire de chacun d’eux dans la mesure d’un espace-temps relatif. Je suis née avec une part d’identité déjà écrite, à laquelle je peux faire référence depuis chaque jour de ma vie, pour me situer dans la communauté dans laquelle je vis

J’ai l’impression que tout effort pour essayer de comprendre, de ressentir la perception des autres et du monde, quand on a grandi sans sa famille, est vain. Quand j’essaye d’imaginer, je ferme les yeux, je me laisse envahir par l’idée que mes parents d’aujourd’hui n’ont pas toujours été mes parents. La seule émotion que cela fait naître, pour peu qu’on puisse appeler ça une émotion, c’est quelque chose de l’ordre d’une grande solitude. Une solitude toujours furtive car elle n’est pas réelle. Je ne suis pas seule, j’ai toutes mes racines alors comment imaginer qu’en une seconde, elles ne soient plus ?

Pourtant, j’ai ma propre histoire de « né sous X ». J’avais 6 ans et ma sœur 6 mois quand elle est arrivée dans notre famille. Je m’en souviens non pas comme si c’était hier, mais comme si j’avais 6 ans. J’ai quelques images, mais j’ai surtout des ressentis. Je me rappelle que c’était une super bonne nouvelle. Mon frère et moi étions ravis d’accueillir cette petite sœur et je crois m’être un peu moqué de ma mère quand, le jour de notre retour à la maison, elle a pris la petite dernière dans les bras pour lui faire visiter l’appartement. Ça me faisait rire parce que je n’en voyais pas l’intérêt d’une telle visite pour un si petit bébé. Pourtant, 20 ans plus tard, j’ai fait pareil avec ma propre fille en revenant de la maternité 😉
Dans les semaines qui ont suivi, la valse des présentations à la famille et aux amis est devenue rituel. Moi, je crois que j’étais heureuse qu’elle soit là et fière de la route par laquelle elle nous avait rejoint.

Je n’ai aucun mal à croire que pour ma sœur, comme pour les autres enfants nés sous X, le manque de ce(ux) qui n’est pas connu puisse être handicapant et source de souffrance. 
Moi, de cette histoire de « né sous x », je n’ai connu que le plus. On ne m’a rien enlevé, on a juste greffé à mon arbre familial une petite pousse en plus qui, de mon point de vue quand j’avais 6 ans et toujours aujourd’hui, semblait avoir toujours été là.

NéSousX, c’est avant tout pour ma sœur, un coup de pouce qu’elle utilisera le jour venu, si elle le souhaite. Elle le sait, elle est libre de tout… 
NéSousX est pour chacun de vous, ce coup de pouce sans autre prétention que de reconnaître ce manque qui ne sera jamais le mien, mais dont je suis certaine.
NéSousX est évidemment aussi pour ces parents, fratries, qui ont fait route avec une petite pousse en moins et qui rêvent de savoir si celle-ci a bien fleurie ailleurs.

Bonne route à tous et au plaisir de vous lire ici ou sur facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.